1
Site Loader
Ecrivez nous sur whatsapp

Plus de 95% des produits alimentaires commercialisés sur le territoire togolais sont soit de qualité douteuse, soit périmés ou en voie de l’être, selon la Ligue Togolaise des Consommateurs (LTC). En cette période de fin d’année où les risques de commercialisation et de consommation de ces produits sont encore plus grands, la LTC a décidé des opérations coups de poing sur le terrain.

Lire aussi:Santé: Energy Drink, des poisons en plein canettes

La commercialisation des produits alimentaires périmés est monnaie courante au Togo. Les commerçants la justifient par la baisse de la consommation qui impacte sur leurs chiffres d’affaires. Pour écouler les marchandises qu’ils peinent à vendre, ils recourent à plusieurs méthodes, selon la LTC. La première consiste à modifier les dates de péremption sur les produits. La seconde la plus courante, est celle de la séduction.

Elle consiste à revoir le prix des produits ou à organiser des prix promotionnels. Certains vont plus loin en recourant à la contrefaçon. Ces pratiques sont confirmées, sans jamais les regretter, par un directeur de supermarché, rencontré lors de la descente de la LCT : « lorsque nous constatons que nos produits alimentaires sont en fin de vie, nous les mettons en exergue avec des prix réduits afin d’attirer l’attention des clients. En cas de difficultés à les écouler, je les distribue à mes employés qui se font un bonheur de les consommer», confie-t-il, fièrement. A ces méthodes, il faut ajouter par exemple le phénomène du riz relooké. Il s’agit pour les vendeurs de changer d’emballage au riz de mauvaise qualité pour lui donner un aspect plus crédible et donc plus consommable. C’est une pratique courante chez les grossistes, nous a-ton confié.

Lire aussi:Fêtes de fin d’année: attention aux arnaques sur les marchés

Les produits alimentaires périmés les plus prisés sur le marché sont ceux contenus dans des boites de conserve (tomate, sardine, légumes, viandes haché…), le conservateur d’aliment contenu dans les boites étant chimique. Les biscuits et les boissons soit alcoolisées ou sucrées ne sont pas du reste. Selon le rapport de la LTC élaboré après une descente sur les marchés le 16 novembre dernier, les biscuits et les jus de fruits arrivent en tête du hit-parade des produits alimentaires commercialisés après leur date de péremption.
Une pratique punie par des peines de prison

Pourtant la loi 99 portant organisation et concurrence de 1990 interdit la commercialisation des produits périmés ou contrefaits sur le territoire national. Les contrevenants s’exposent à des peines allant de 3 à 6 mois de prison et une amende de 3 millions de FCFA. Mais pour la LTC, cette loi comporte d’importantes insuffisances. «Nous dénonçons le fait que cette loi est trop clémente. Nous demandons que la durée de l’emprisonnement des criminels qui est trop courte (3à 6 mois) soit revue à la hausse pour réellement les dissuader de ces pratiques » explique Emmanuel SOGADJI, le président de la LTC.

Lire aussi:CHU de Lomé: des médecins impliqués dans l’usage de matériels périmés [Témoignages]

 

Source: togoweb.net

Profitez de la grandes promotion chez SA Création. MY ADVERTISING PACKAGE Passez votre commande de : conception de carte de voeux, Tasse magique, calendiers de table, stylos, card stand, shopping bag. Contatctez nous directement par whatsapp sur le +228 98-08-26-83 ou passez directement votre commande en ligne sur bit.ly/pack-adv2018

Post Author: 228E

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *